Les Archives de Joe

Les Archives de Joe
Raphael Kirchner, aux origines de la pin-up érotique

Raphael Kirchner, aux origines de la pin-up érotique

24 mars 2017 09:18 - Lu 163 fois

Raphael Kirchner est un artiste autrichien, né le 5 mai 1875 à Vienne et décédé le 2 août 1917 à New York. Imprégné par l'Art Nouveau, peintre, dessinateur, illustrateur ou encore caricaturiste, il est considéré comme l'un des inventeurs de la pin-up, et notamment de la pin-up érotique, même si le terme de pin-up ne sera réellement employé qu'à partir des années 1940, soit bien longtemps après sa mort.

Né dans une famille de classe moyenne, son père, calligraphe, souhaite qu'il devienne musicien. Mais c'est la peinture qui passionne le jeune Raphael, aussi il intègre l'Ecole d'Art de Vienne en 1890, où il y restera jusqu'en 1894, avant de poursuivre à l’Ecole spéciale de peinture d’histoire jusqu’en 1897. Il va par la suite devenir portraitiste pour des couples de la bourgeoisie en place ou montante, peignant surtout des femmes dans leurs plus belles toilettes.

Raphael Kirchner

Mais ce qui va réellement faire son succès, ce sont les cartes postales ! Il devient en effet l'un des plus célèbres illustrateurs de cartes postales (et cartes de voeux) de son temps, objets apparus dans les années 1870 et qui connaissent un véritable âge d'or en cette fin du 19ème siècle. En quelques années, elles sont devenues le moyen de correspondance par excellence, renforcé par l'idée de propager des illustrations artistiques pour tout le monde, à très faible coût. Kirchner se lance donc sur ce marché, avec notamment un ami et artiste hongrois, Károly Józsa. En 1899, Raphael Kirchner participe à la première Exposition Internationale de Cartes Postales, à Venise. Sa notoriété continue de se répandre à travers tout l'Europe, et avec elle, une certaine aisance financière. Kirchner est cependant épris de liberté. Il entretient des liens étroits avec un mouvement opposé au conformisme artistique de l'époque actuelle, remettant en cause l'art académique traditionnel, ce qui n'est pas sans provoquer d'inévitables conflits d'idées.


Raphael Kirchner - Mikado
Raphael Kirchner - Greek Virgin
Raphael Kirchner - Moderne Madchen


En 1900, il se rend à Paris, pour visiter l'exposition universelle, mais aussi pour s'éloigner de Vienne et de ces troubles artistiques. Il sera séduit par la capitale française, ville synonyme alors d'une certaine liberté artistique, et choisit de s'y installer. Il y restera finalement pendant près de 15 ans. Au tout début de ce nouveau siècle, Raphael Kirchner est à l'apogée de son art en termes de création artistiques pour les cartes postales, y intégrant notamment des éléments typiques de l'Art Nouveau français. A noter que sa femme, Nina, est souvent considérée comme son modèle principal et sa source d'inspiration.

En marge des cartes postales, et notamment à partir de 1905, lorsque celles-ci vont connaître un certain déclin, Raphael Kirchner commence à illustrer divers ouvrages (pour Paris ou Berlin notamment) et collabore à des périodiques illustrés, tels L'Assiette au beurre, Le Frou Frou, puis l'un des plus emblématiques : La Vie parisienne. Il devient rapidement l'un des piliers de ce magazine à la fois mondain et léger, ancêtre de nos journaux people actuels, et y signe nombre de couvertures. Il produira de nombreuses illustrations pour ces magazines, marqué au début par un "japonisme" toujours très à la mode (séries "Mikado", "Geisha"). Rapidement, les "femmes de Kirchner" deviennent de plus en plus dénudées, érotiques, voire très coquines pour l'époque.


Raphael Kirchner - La Vie Parisienne : Brise de mai
Raphael Kirchner - Masque impassible
Raphael Kirchner - Filles avec porte-bonheur


On ne parle pas encore de "pin-up" à l'époque, mais entre 1890 et 1910, Paris, Bruxelles et Londres sont les trois capitales qui produisent la majorité des illustrations présentant des femmes plus ou moins dévêtues, et des magazines comme La Vie parisienne ou Le Sourire, vont s'exporter à travers tout le monde occidental, contribuant fortement à cet essor. Et de toute cette vague, Raphael Kirchner en est très clairement l'un des principaux ambassadeurs, inspirant au passage de nouveaux artistes, comme Alberto Vargas, qui donnera ses lettres de noblesses aux futures pinups standards (et érotiques par la suite, avec Playboy).

Raphael Kirchner, s'il fréquente divers autres artistes, tel Alphonse Mucha, retrouve à Paris son ami Károly Józsa, entre 1904 et 1906. Ce dernier produit également de nombreuses cartes postales illustrées plus ou moins érotiques, et les deux hommes sont des habitués de Montmartre et ses divers plaisirs. On peut facilement imaginer une stimulation mutuelle entre les deux amis pour ces illustrations, notamment sous forme de cartes postales qui commencent à être collectionnées par de nombreux amateurs.


Jusqu'au début de la Grande Guerre qui allait secouer toute l'Europe, Raphael Kirchner continue de créer des illustrations aussi bien pour des cartes, que pour des magazines, ou des livres. Il participe en 1904 aux fameuses séries éditées par la marque apéritive Byrrh, qui jouit à cette époque d'une grande notoriété mondiale, ou crée des illustrations pour la maison de parfums Lubin par exemple, en 1910. Il expose aussi régulièrement dans des salons de la capitale, comme le Salon des humoristes ou le Salon des artistes français.

Raphael Kirchner - Byrrh

En 1915, Raphael Kirchner se rend à Londres et rencontre Robert Boss, un marchand d'arts, avec qui il travaillera un peu. Certaines de ses illustrations ou caricatures seront également publiées dans des magazines londoniens, tels The Sketch ou The Illustrated London News. Il est amusant de noter que les "femmes de Kirchner" auront un impact sur la mode même et les habitudes vestimentaires des anglaises, les bas noirs en soie devenant le summum de la mode.

Kirchner et sa femme quittent définitivement l'Europe cette même année pour se rendre à New York. L'artiste rencontre alors Florenz Ziegfeld et ses "Follies", inspirées des Folies Bergère. Il devient costumier et décorateur, en plus d'illustrer divers supports ou de faire le portraits de nombreuses stars du moment. Celui de Marcelle Earle notamment va devenir iconique, reproduit sur la plupart des supports pouvant être illustrés. Il collabore aussi à des magazines comme Puck, The American Weekly, et des albums regroupant ses illustrations commencent à être produits par The Sketch à Londres, albums qui seront épuisés très rapidement.


Raphael Kirchner - Princesse Riquette
Raphael Kirchner - Marcelle Earle
Raphael Kirchner - Temptation


Hélas il meurt brutalement à l'hôpital français de New York, le 2 août 1917, des suites d'une opération de l'appendicite. Raphael Kirchner avait 42 ans, et il est probable qu'il aurait marqué encore plus les décennies suivantes sans cette fin tragique. Son "héritage" va cependant continuer de se répandre sur le vieux continent pendant la guerre. Nombre de soldats alliés (américains, anglais et français) auront en effet sur eux des "Kirchner Girls" plus ou moins dévêtues. Et même alors que son décès n'avait pas été officialisé, et que certains journaux ont cru qu'il était revenu en Europe et du côté ennemi, ses illustrations ont continuer de circuler, aux côtés d'autres artistes dans la même veine. Toute une mode était en marche, une mode regroupant divers talents qui quelques années plus tard serait assimilée à un seul terme, celui de Pin-up, et dont les "femmes de Kirchner" sont les réelles ancêtres.





Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Ajouter un commentaire :

(les commentaires sont soumis à validation)

Nom / Pseudo
Commentaire


Vous avez aimé cet article ?
N'hésitez pas à le partager ^^


Et n'hésitez pas à me suivre aussi sur Facebook ^^



Articles associés :

Lorenzo Sperlonga

Lorenzo Sperlonga


Alberto Vargas, l'apogée des Pinups

Alberto Vargas, l'apogée des Pinups


Duong Quoc Dinh, peintre et photographe vietnamien

Duong Quoc Dinh, peintre et photographe vietnamien


Alessandro Biffignandi, l'illustrateur prolifique !

Alessandro Biffignandi, l'illustrateur prolifique !


Emanuele Taglietti : horreur, action et érotisme

Emanuele Taglietti : horreur, action et érotisme